À Roland Garros, IBM monte au filet avec la data

ibm data tennis

Cette édition de Roland Garros marquera l’histoire pour sa météo et ses conditions de jeu déplorables. Mais il faut quand même faire tourner la machine ! A l’invitation d’IBM nous avons eu la chance d’entrer dans les coulisses des statistiques, de l’espace presse et du car régie FranceTV. Voici donc un petit tour du propriétaire.

IBM, partenaire technique du tournoi de Roland Garros depuis plus de 30 ans

Vous avez forcément déjà vu le logo IBM sur votre petit écran un après-midi de Roland Garros. Dans la panneautique mais aussi dans les incrustations de scores, la société américaine mythique de l’informatique et de la donnée est fournisseur d’infrastructures et partenaire du tournoi depuis 3 décennies. On retrouve d’ailleurs IBM sur les trois autres tournois du Grand Chelem. Les sujets techniques couverts par IBM sont très nombreux durant la compétition, du marquage des points à la mise à jour du site et à la fourniture de data pour les commentateurs du monde entier.

Pour simplifier, suivons le cheminement des données collectées sur les matchs.

court-rg-ibm

Avant, il y avait des arbitres de filet. Mais ça, c’était avant IBM et son rôle de chasseur de datas pour Roland Garros !

1/ Le court : 2 marqueurs

C’est de là que tout part. Les marqueurs d’IBM scrutent tous les échanges du match pour attribuer des statistiques sur une dizaine de critères par échange. Le service est-il un Ace ? A quelle vitesse est-il parti ? Le point se termine t-il au filet ? Qui le gagne et comment ? Autant d’informations collectées par les 2 marqueurs officiels et les radars présents sur le court.

marquer-rg

2/ Une data précieuse

Toutes ces données sont ensuite brassées pour être redistribuées à de nombreux services. Afin d’alimenter le site du tournoi avec le « play by play » et les statistiques en direct d’un match donné. Mais aussi pour faire le lien avec l’antenne et proposer facilement les statistiques importantes à la réalisation TV. J’ai d’ailleurs été bluffé par la réactivité du système présenté qui paraît rudimentaire et presque dépassé au premier abord mais qui est très efficace au clic pour afficher instantanément sur l’écran la donnée voulue avec la charte de l’habillage TV du tournoi.

Roland-Garros-IBM-2

imb-rg

3/ Le car régie France TV, une machine bien huilée

J’ai eu de la chance, je suis tombé pendant un bout de match lors de la visite. J’avais déjà visité une régie TV « en dur » et j’ai été surpris de voir que c’était à peu près identique dans un car mobile et forcément plus petit. Le ballet des réalisateurs, truquistes et opérateurs ralentis est intéressant à observer et on vit le match d’une façon assez surprenante. On sent que le car vibre lui aussi avec des vrais passionnés. IBM n’est jamais très loin et ses statistiques s’intègrent facilement au direct selon les choix et besoins de la réalisation. Efficace.

4/ Aller plus loin avec du prédictif

C’est ce qui fait tout l’intérêt des innovations présentées par IBM cette année, le prédictif est devenu très important dans la démarche du géant américain. Avec son intelligence artificielle Watson par exemple (souvenez-vous, on vous en avait parlé l’année dernière dans notre article sur les 30 ans de collaboration entre IBM et Roland Garros). En analysant 8 ans de points joués et enregistrés dans sa base de données, IBM propose pour chaque match des clés à suivre. Si un joueur remplit ces « objectifs » fixés par Watson il a de grandes chances de l’emporter. Vous pouvez regarder tout ça sur le site en direct. Je l’ai vérifié pendant le début du match de Djokovic contre Bautista Augut. En effet c’est à chaque fois le joueur qui avait rempli le plus de ces « clés » qui avait empoché le set. Un bon début d’analyse prédictive basée sur du big data et du machine learning.

cles-match-ibm

Avec Watson, le prédictif donne des informations précieuses et pertinentes sur le déroulement et l’issue d’un match

5/ Une armée de créateurs de contenu

Il faut bien alimenter les comptes sociaux et le site avec des vidéos, des visuels et des statistiques, il y a une équipe dédiée pour ça dans l’équipe d’IMB. Une équipe américaine spécialisée qui enchaîne avec Wimbledon. La data brute c’est bien, mise en forme pour être consommée efficacement sur les différents supports digitaux c’est encore mieux. L’équipe travaille en mode social room et fournit les rédactions du monde entier en contenus tout au long du tournoi.

Roland-Garros-IBM-1

Oui, il faut encore des humains pour créer du contenu et alimenter les différentes plateformes sociales !

La data dans le sport est toujours plus importante pour l’analyse des coachs mais aussi pour le public, et le dispositif d’IBM paraît déjà très complet sur le sujet. Les avancées de Watson nous promettent des choses encore plus innovantes pour la suite. Rendez-vous l’année prochaine ?

Pas de commentaires

Et si vous réagissiez ?

À Roland Garros, IBM monte au filet avec la data

Envoyer à un ami

Bonjour,
je viens de lire un article intéressant : À Roland Garros, IBM monte au filet avec la data.
Voici le lien : http://www.cdusport.com/roland-garros-ibm-data-23157